Retro : 3DS Classics Kid Icarus (e-shop)

Pendant que ma moitié s’use les pouces sur New Super Mario Bros. 2, c’est dans le monde merveilleux de Kid Icarus que je décide de vous emmener. Bien qu’ayant de vagues souvenirs d’essais de Kid Icarus en boutique durant ma jeunesse (du haut de mes 4 ou 5 ans, quand il est sorti en Europe), c’est uniquement cette année que je découvre cette franchise sur 3DS. Flashback.

Les premiers pas sont rudes : la ré-édition fournie par Nintendo sur son e-shop semble aussi difficile que son ancêtre sur NES. Vous y incarnez, Pit, petit ange rangé auprès de la déesse de la lumière Palutena, votre alliée contre Médusa, déesse de l’ombre. Les deux déesses s’affrontent sans merci jusqu’à faire Palutena prisonnière. Le seul espoir qui subsiste pour faire triompher la lumière sur les ténèbres et pour sauver Palutena, c’est.. c’est vous !

Armé de votre arc et de flèches, c’est vaillamment que vous parcourez des niveaux au design vertical, peu commun pour un jeu d’aujourd’hui. Kid Icarus est un jeu de plate-formes ! Vous sautez donc de plate-formes en plate-forme en dézinguant tous les monstres qui se trouvent sur votre passage. A chaque monstre battu, il vous donnera des cœurs, la monnaie d’échange dans cette aventure, avec laquelle vous vous procurerez divers bonus : flacon d’énergie, arme supplémentaire, plume pour éviter de tomber… car c’est bien le problème : toute chute sera sévèrement sanctionnée par un retour au début du niveau. Rien de plus frustrant que de tomber à la fin du niveau et de tout devoir recommencer !

Kid Icarus est composé de trois mondes, chacun contenant 3 niveaux. Le dernier niveaux de chaque monde est une sorte de labyrinthe dont la sortie passe par l’affrontement du boss. Chaque monde dispose de sa symbolique : le premier, monde de l’ombre est vertical. Le second, monde intermédiaire est horizontal (mais certainement le plus difficile d’après moi). Enfin le dernier, monde de la lumière, est vertical également. Pit chemine donc de la l’ombre vers la lumière pour tenter de sauver sa déesse préférée.

La réalisation graphique du jeu remise au goût du jour par Arika est correcte. Les couleurs à l’écran sont plus nombreuses et le fond noir de l’époque est remplacé par des décors relativement simplistes mais qui font leur office. Alors bien sûr, il faut aimer les pixels. Ici c’est la bonne vieille 2D de l’époque qui vous sautera à la figure. Les ennemis sont relativement variés et plus que redoutables tant ils sont parfois nombreux. Certains d’entre eux, comme les faucheurs, disposent de leur petite musique pour annoncer leurs attaques.

Les bruitages sont peu nombreux, mais font bien leur office. Quant aux musiques, je les trouve particulièrement envoutantes. Elles vous trotteront dans la tête un bon petit moment après chaque partie.

C’est un agréable moment que m’a fait passé ce retour de Kid Icarus et c’est, je pense, un must-have des jeux de plate-formes. Vous adorerez sauter de plate-formes en plate-formes et tirer des flèches sur les ennemis en écoutant ses musiques envoutantes. Pour 6€ sur le Nintendo e-shop, vous en aurez pour votre argent : long, parce que difficile, il vous occupera un bon petit moment !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s