Kid Icarus Uprising

J’ai beaucoup hésité à acheter Kid Icarus Uprising. Ce nouvel opus de la série était attendu par tout le monde et les tests qui ont été écrits à l’époque avaient fini par me refroidir : la jouabilité serait mauvaise, à tel point que le jeu est vendu avec un socle en plastique… Alors qu’en est-il ? Le jeu est-il vraiment à la hauteur ? La maniabilité est-elle réellement un problème ?

Une refonte qui garde l’essentiel
Kid Icarus Uprising est un véritable reset du premier opus. Il est impressionnant de voir à quel point l’ambiance a été renouvelée. L’insertion de la cartouche dans le port de la 3DS annonce la couleur dès le départ : la petite musique qui se déclenche quand on sélectionne le jeu est exactement la même que celle de 3D Classics Kid Icarus. Les références à l’opus ancestral seront donc fréquentes, voire omniprésentes. Et c’est le cas : vous avancerez en terrain connu incarnant Pit accompagné de la princesse Palutena. Celle-ci vous guide tout au long de votre périple pour vaincre vos ennemis de toujours : Médusa et son armée (Cerberos, Hydra…) et leurs hordes d’ennemis en tout genre. Vous retrouverez alors en 3D les Monoeyes, les Shemums, les Faucheurs… et justement, les graphismes sont magnifiques. C’est le plus beau jeu de ma collection 3DS. Les environnements sont beaux, plein de détails et vous immergent dans l’action instantanément. La 3D renforce bien l’immersion mais j’ai beaucoup de mal à trouver le bon angle de vision en jouant avec le socle.

Des modes solo et multi qui tiennent leurs promesses
L’action est découpée en chapitres (21), eux-mêmes découpés en 3 phases : d’abord l’approche aérienne de la zone de combat, puis l’attaque au sol et enfin le combat final contre le boss.
Les attaques aériennes sont les moments forts du jeu. C’est un régal de les refaire encore et encore pour éliminer le plus d’ennemis possible. Dans ces phases, la princesse Palutena vous guide. Vous n’avez pas à choisir votre route, mais à « simplement » éviter les ennemis qui vous foncent dessus et leurs tirs. Vous verrez que ça ne sera pas toujours chose aisée !
Les phases au sol sont tout aussi intenses. Vous dirigez Pit dans un environnement clos (et pas mal scripté) et pourrez choisir de temps en temps votre route ou en dévier pour ramasser quelques rares options. Vous êtes aussi bien en intérieur qu’en extérieur et devez éliminer les ennemis qui tentent de vous empêcher de saluer le boss du coin.

Les 3 phases de jeu

Justement, les boss sont tout aussi impressionnants. Ils sont parfois tellement gigantesques que vous aurez le ring pour vous tout seul ! Coriaces et agressifs, ils ne se laisseront pas faire tout comme la plupart des ennemis. Le jeux est d’ailleurs hyper vif. Avant chaque mission, vous choisissez le niveau de difficulté sur une échelle de 90 ! En fait, choisir votre niveau de difficulté revient à faire un pari avec le jeux. Plus vous choisissez un niveau de difficulté élevé, plus vous allez miser de cœurs dans la balance. Et plus vous misez de cœurs, plus le jeux sera généreux à chaque ennemi éliminé. Mais accrochez-vous, ça décoiffe rapidement. Pour peu que vous montiez la difficulté d’un cran et vous sentirez immédiatement la différence. Plus d’ennemis, plus de tirs à éviter… mais plus de cœurs à récolter ! Il y en aura à foison et vous permettront de passer à la boutique du coin entre deux missions pour les échanger contre des armes plus sophistiqués et performantes.

Le mode multijoueur quant à lui vous offre des combats en équipes (l’équipe de la lumière contre celle des ténèbres) ou en solo avec des joueurs du monde entier. Là par contre, c’est encore plus bourrin qu’en solo et si vous n’êtes pas sur-armé, vous aller rapidement mordre la poussière. Il est également bienvenu que les armes et les dons récupérés dans le multi peuvent être utilisés dans la partie en solo et vous aider à avancer rapidement aux côtés de Palutena.

Cerberos est plutôt en colère

Une prise en main peu évidente
La difficulté à effectuer le jeux dans ces moments les plus denses revient certainement à sa maniabilité très originale. Par défaut, vous manier Pit avec le stick analogique et vous tirez avec le bouton L. Pour viser les ennemis, vous utilisez le stick sur l’écran du bas. Autant dire tout de suite que trouver la position qui vous convienne pour jouer confortablement vous prendra quelques parties. Finalement, on s’y fait. Le jeu est d’ailleurs vendu avec un socle qui surélève la console et augmente considérablement le confort de jeu, en vous astreignant de la maintenir. Par contre, à toujours avoir le stylet sur l’écran du bas, le protège écran prend cher. Le mien est maintenant complètement rayé.

Pit en phase aérienne dégomme de l’ennemi à tout va !

Une ambiance unique
Mais Kid Icarus uprising en vaut la chandelle car l’ambiance qui s’en dégage est magnifique et je me suis rarement autant fait happé par un jeu : les musique sont magistrales, jouées à l’orchestre symphonique, elles donnent une ambiance grandiose aux missions que vous accomplissez. Entrainantes à souhait, il m’arrive même de les écouter quand je ne joue pas. L’humour est également omniprésent. Durant vos missions, Pit, Palutena et leurs ennemis passent leur temps à bavarder pour vous éclairer sur vos objectifs et vous donner des astuces. Mais ils le font avec humour et ne ratent pas une occasion de raconter une ânerie. Sans spoiler, je vous cite un extrait de dialogue dans les vidéos d’entrainement :

  • Palutena : Notre objectif est de battre Médusa et l’armée des Enfers
  • Pit : Pfff… Elle n’était pas assez dur à battre en deux dimensions il y a 25 ans ?

ou encore…

  • Pit : Ce mouvement me rappelle quelque chose…
  • Palutena : Mais oui c’est comme dans « Super Mâche Brosse »
  • Pit : Tu veux dire Super Smash Bros ?
  • Palutena : Hum, je le prononce mieux…
  • Pit : Si tu le dis…

Vous vous rendre très vite compte qu’il est souvent compliqué de suivre en même temps l’action et les dialogues…

Vous l’avez compris, je suis réellement emballé par le jeu. Kid Icarus Uprising est un must have pour tous les fana de de la 3DS en manque d’action. Par son ambiance, ses graphismes, ses musiques et les nombreuses heures de jeux qu’il promet, je vous conseille fortement de l’acquérir. Bien qu’ayant longuement hésité, je regrette maintenant d’être passé quelques mois à côté de ce petit bijou !

A bientôt Pit !
Publicités

Une réflexion sur “Kid Icarus Uprising

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s