The Legend of Zelda: A Link Between Worlds. Du neuf avec du vieux ?

Comme beaucoup de possesseurs de Nintendo 3DS, j’attendais avec impatience un nouvel épisode de The Legend of Zelda sur la petite portable. Nintendo nous a donc gâté pour les fêtes de fin d’année en nous proposant non pas un nouvel univers et nouvelle histoire, mais bien une nouvelle histoire dans un univers déjà connu : celui de A Link To The Past sorti il y a … 21 ans sur nos chères Super Nintendo. Cela ne nous rajeunit pas les enfants !

J’ai pas mal de souvenirs d’A Link To The Past. Assis dans le canapé avec les magazines Consoles+ sur les genoux, je lisais la soluce à mon frère qui tenait les commandes, pour partir à deux dans cette terrible aventure de Sorcier des Ténèbres qui veut répandre le mal ! On s’éclatait comme des petits fous, c’était un épisode excellent, si ce n’est le meilleur de la série, sur la meilleure des consoles de salon pour l’époque.

Que reste-t-il d’A Link To The Past dans A Link Between World ? Et bien… uniquement la map. Le village Cocorico, la montagne, le marais, la forêt… tout est bien rangé à sa place. L’histoire, les protagonistes, les objets et les énigmes, eux, sont complètement différents. Je passe d’ailleurs rapidement sur la trame scénaristique : il faut sauver la princesse Zelda et son Royaume Hyrule, mais aussi la princesse Hilda et son Royaume de Lorule. Pour moi, l’histoire des Zelda est avant tout un principe pour introduire le gameplay, les trouvailles, les donjons… et donc je n’y accorde généralement peu d’importance. Alors oui, la trame officielle est disponible, elle reste intéressante, mais in fine quand je joue à un Zelda, c’est pour me creuser la tête dans un donjon et buter le sorcier à la fin.

Et je n’ai pas été déçu par le gameplay qu’offre cet épisode. Les donjons regorgent d’ingéniosité et régulièrement je me suis retrouvé bloqué sans voir que l’objet ou la technique nécessaire à me faire avancer était au bout de mes doigts. Un coup de marteau par exemple, mais surtout la nouvelle caractéristique de Link : pouvoir se déplacer sur les murs telle une fresque ancienne, et du coup se déplacer le long de ceux-ci, pour franchir un précipice par exemple. J’ai adoré tout ce que les développeurs de Nintendo ont été capables de trouver pour nous faire réfléchir dans ces donjons. Du grand Nintendo encore oui.

Du grand Nintendo, oui. Mais de biens petits donjons. Je pense que parce qu’il a été pensé pour une console portable sur lesquelles les sessions de jeux sont plus courtes, alors les donjons ont été réalisés en ce sens. Comptez une quarantaine de minutes par donjons, combat de boss compris. Du coup, on avance facilement, vite et encore plus vite si on connait déjà la carte du monde par coeur ce qui est mon cas. J’ai fini le jeu en même pas 18h00, en ayant fait la quête secondaire des bigorneaux à 100%.

Ce furent néanmoins 18h00 de folie, avec une réalisation parfaite ! Nous étions nombreux à trouver les graphismes un peu laids lors des premiers trailers et pourtant la 3D de la console vient les sublimer. Jamais 3D n’a été aussi belle, aussi stable et sans ralentir le jeu. Phénomène étonnant, depuis que j’ai gouté à cette 3D là, j’ai tendance à l’activer davantage sur les autres jeux, ce que je ne recherchai pas avant. Les musiques aussi ont été magnifiées, complètement refaites comme nous aurions aimé que ce soit le cas sur Wind Waker HD sur WiiU. Vous retrouverez toutes les mélodies de votre jeunesse et si vous ne les connaissez pas, vous ne pourrez pas ne pas en tomber éperdument  amoureux.

Mais pour autant, malgré ce tableau idyllique, j’ai quelques réserves. Nintendo a essayé de transcender A Link To The Past et le résultat n’est pas toujours de bon alois. Tout d’abord, parce que comme un livre Saint, on ne peut pas réécrire ou modifier une oeuvre aussi sublime soit-elle. Il y a un peu de plagiat dans The Link Between World, des détails qui font qu’on a le sentiment que le titre original a été pillé, voire violé. Pour les objets par exemple, disponibles maintenant dès le début du jeu pour une poignée de rubis. Ou encore pour les musiques dont certaines ont été oubliées, comme celle à l’intérieur des maisons dans le village Cocorico. Cela me laisse un peu tristounet vous comprenez.

Enfin, je voulais aussi passer un coup de gueule concernant le dernier Iwata Ask disponible sur le site de Nintendo. On y apprend de nombreuses choses sur le développement du jeu et sur l’idée de faire Link se déplacer sur les murs. Mais on apprend aussi que c’est lors du développement du jeu que Nintendo s’est rendu compte, bien trop longtemps après la sortie de la console, de tout le potentiel de la 3D ! Un comble quand on sait que cette fonctionnalité a été mise en avant dès le lancement de la console. C’est à se demander s’ils savaient bien ce qu’ils nous vendaient à l’époque. J’y ai aussi regretté d’apprendre que certaines têtes pensantes de Nintendo disent que la 3D est inutile aux jeux qui n’ont pas été développés en tenant compte de cette fonctionnalité dès le début. Je regarde bien différemment les 3DS Classics qui continuent de sortir régulièrement et qui proposent de faire du neuf en 3D avec des vieux pixels fatigués. Bref… Quand le marketing reprend le dessus !

Je vous invite donc à vous jeter à corps et à cri sur cet opus 3DS, que vous connaissiez ou non la série, tant elle sera vous combler et faire honneur aux quelques trop courtes heures que vous passerez dessus.

Publicités

4 réflexions sur “The Legend of Zelda: A Link Between Worlds. Du neuf avec du vieux ?

  1. Hello Thomas,
    Je suis bloqué dans la première pièce du palais des ténèbres, c’est le premier palais qui me pose souci. C’est un opus que je kiffe autant que ZOOT.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s