Bravely Default, le J-RPG a-t-il encore sa place ?

Sorti sur Nintendo 3DS, Bravely Default est un J-RPG comme il ne s’en faisait plus depuis longtemps : Square-Enix, son développeur, a décidé de revenir aux sources du J-PRG d’antan. Et pourtant, les bases du jeux de rôle japonais sont assez simples. Un J-RPG est caractérisé par une séparation nette des phases de déplacements et des phases de combats. Pendant que votre équipe de personnages se déplace, elle n’attaque pas et inversement. Les phases de combats sont aussi caractérisées par un système de « tour par tour ». Le joueur choisi d’effectuer des actions (attaque, défense, soin, magie…) lors de la phase de combat, puis c’est au tour de l’ennemi de faire pareil. Il ne s’agit pas de combattre en même temps et en enchainant les coups.

De prime abord cela semble terriblement ennuyeux. Un combat sans « temps réel », sans frittage violent entre les participants. Un combat qui n’est pas un duel de la France du XIXème siècle, ça doit être chiant, non ? Voyez plutôt cela comme une partie d’échec. Chaque participant au combat réfléchit, prend son temps, peaufine une stratégie, analyse son ennemi pour le vaincre en le prenant à son propre piège. On se combat, oui, mais on réfléchit aussi sur la meilleure méthode pour arriver à ses fins le plus efficacement possible. Et ça, c’est beau.

N’ayant eu aucune expérience de grands J-RPG de la grande époque, je fais donc confiance aux fans : Bravely Default revient aux sources du J-RPG, par ses mécaniques et son approche du gameplay. Soit.

Vous y incarnez un personnage, du nom de Tiz, qui part venger la mort de son frère et la disparition soudaine de son village. Il rencontrera différents personnages qui poursuivront finalement des quêtes plus ou moins similaires, à savoir Agnès, Édéa et Ringabel. Cette histoire de vengeance est assez complète et bien complexe. Plus vous avancerez dans les huit chapitres et passerez de temps à faire les quêtes annexes en plus de la quête principale, plus vous en apprendrez sur les tenants et aboutissants de l’histoire. Je ne vais pas en dire plus sur le contenu de l’histoire ici. Elle est prenante, elle bien ficelée, complète, longue, pleine de rebondissements. Je vous laisse seul juge de sa qualité intrinsèque.

Pour ma part, j’adhère complètement à sa construction et son déroulement de bout en bout, même à ce qu’il se passe lors de la seconde moitié du jeu. Justement, c’est à travers des prises de risques comme celle-ci que l’on peut reconnaitre de grands jeux. Bravely Default est un grand jeu, qui marquera son temps et qui continuera à faire débat longtemps sur le déroulement de son histoire.

Le jeu lui-même est très bien réussi. Les graphismes et l’effet 3D sont très jolis, les musiques sont peut-être les plus belles musiques de jeux vidéos que mes oreilles ont eu la chance d’entendre. De nombreux paramètres permettent également de régler le jeu sur votre façon de jouer et ce que vous souhaitez faire. Vous voulez explorer trankilou une zone, chercher les coffres sans être harcelé par des bestioles en tout genre ? Baissez les rencontres des ennemis au minimum. Vous voulez leveler, explorer les possibilités des nombreuses classes du jeu ? Augmentez-les au maximum.

J’ai particulièrement apprécié les possibilités offertes par le mentorat dans le jeu. Cela consiste à assigner l’un de vos amis qui possède également le jeu à l’un de vos personnages et ce pour lui donner des nouvelles compétences et lui permettre de leveler plus rapidement. C’est vraiment pratique si vous souhaitez explorer les classes et voir celles qu’il vaut le coup d’approfondir en fonction de votre stratégie de combat.

Car il faudra bien en trouver une pour aller jusqu’au bout. C’est peut-être mon seul regret, devoir trouver des stratégies de malade, que je trouve complètement cheatées pour vaincre les derniers boss du jeu. Si vous pensez les abattre tranquillement comme un boss normal, oubliez tout de suite. Vous devrez trouver des tours de passe passe et explorer les classes pour les connaître sur le bout de vos 20 doigts, mains et pieds compris.

Bravely Default est un grand jeu. Faire la première partie du jeu vous prendra une bonne paire d’heures et pourra certainement vous suffire. Si vous être un acharné et que vous souhaitez en apprendre bien plus sur l’histoire, faire les quêtes annexes et vous engouffrer dans la deuxième partie du jeu et il vous en prendra le double.

Publicités

Une réflexion sur “Bravely Default, le J-RPG a-t-il encore sa place ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s