Mes jeux de la Sega Saturn

Il y a des consoles qui marquent une enfance, et d’autres moins. Malheureusement, la Sega Saturn était de celle-là. Ohlala, je ne dis pas que nous n’avons pas eu de bons jeux et que la fratrie dont je fais partie s’est ennuyée, non, mais que ceux-ci ne résonnent pas tout à fait comme les autres dans mon cœur de joueur.

Au cas où vous souhaitez en apprendre davantage sur ma jeune vie de gamer, vous pouvez retrouver la liste des jeux mon enfance sur :

Et les jeux Saturn alors, de quoi vous mettre des étoiles plein les yeux ?

Alien Trilogy (Acclaim) est un FPS reprenant le thème d’Alien. A l’époque, il était un jeu excellent. Nous avions encore en tête l’expérience d’Alien VS Predator de la Jaguar et l’idée de casser à nouveau de l’Aliens nous a mis tout en émois. Je ne suis pas un grand joueur de FPS, mais l’un de mes frères l’était. Je prenais pas mal de plaisir à le regarder arpenter les couloirs de l’horreur et flipper.

Bust-a-Move 2: Arcade Edition (Taito). Certainement l’un des jeux les plus choupi que nous ayons eu. C’était top et cela nous a permis de remettre nos parents à la console. Fans de Tetris, ils avaient passé des heures sur Tetris (NES) et Tetris + Bombliss (Super NES). Dans la même veine et surtout parce qu’il offrait aussi la possibilité de faire des duels, Bust-a-Move 2 a été l’un des jeux auxquels nous avons certainement le plus joué sur la console en famille.

Daytona USA (SEGA). Comment parler de Daytona USA ? Et bien comme le jeu qui t’amène l’arcade à la maison. Bon en moins bien quand même. C’était laid, mais la musique est absolument kitchissime et entendre un chanteur dans une musique de jeu vidéo était très rare à l’époque. Ah des tours de pistes, on en a fait ! Je me rappelle même loucher sur les articles des magazines pour la version Circuit Edition sortie quelques années plus tard.

Sim City 2000 (MAXIS). C’est grâce à Sim City 2000 que nous avons pu nous adonner à la joie d’être maires et construire d’immenses villes, avec des archologies, des réseaux d’eau à n’en plus finir, des champs d’éolienne à perte de vue, … et tout recommencer car la cartouche de sauvegarde que nous avions était moisie. Elle perdait la mémoire. Pratique pour une cartouche de sauvegarde. Il nous en fallait plus pour nous arrêter !

Street Fighter Alpha 2 (CAPCOM). C’est un adage, mais une bonne console sans une version de Street Fighter n’est pas une bonne console. A l’époque, CAPCOM faisait des portages dans tous les sens de ses jeux. Sreet Fighter Alpha 2 n’y coupa pas ! Nous avons eu la joie de découvrir Akuma et les enchainements spéciaux !

Vampire Hunter: Darkstalker’s Revenge (CAPCOM). Nous n’étions pas repu complétement avec Street Figther. Il nous fallait un autre jeu de baston et c’est sur Vampire Hunter que notre choix s’est porté, sans aucun regret ! Une bombinette ce jeu, ce fut un vent de fraicheur lorsque nous avons pu incarner Vampire, Loup Garou, homme grenouille et consort lors d’affrontements réglés au millimètre par les maitres du jeu de castagne de Capcom.

Virtua Cop (SEGA). Le jeu était livré avec un accessoire. En France, pour éviter les diatribes des associations de consommateurs, il était bleu. Un beau pistolet bleu énorme qui fonctionnait selon le même principe que le Nintendo Zapper. Le jeu quant à lui est un rail shooter novateur pour l’époque mais terriblement ennuyeux aujourd’hui. On s’est bien marré dessus cependant !

Il y a d’autres jeux que nous n’avons pas possédés mais que l’on nous avait prêtés ou auxquels nous avons pu jouer en version démo (oui, c’était la période des CDs de démos dans les magazines de JV). Voici ceux qui m’ont particulièrement marqués :

Panzer Dragoon (SEGA). C’était une démo, mais je l’ai faite et refaite des dizaines et des dizaines de fois ! Mes yeux de gosses n’en revenaient pas de chevaucher un dragon et de parcourir d’immenses zones remplis d’ennemis.

Sega Rally Championship (SEGA). Encore un jeu de caisses venu du monde de l’arcade, mais quel jeu de caisse ! C’était dingue à l’époque de voir SEGA porter ses jeux sur la Saturn et d’y jouer dans son salon. Nous avons bien profité du titre et aussi en multi sur écran splitté. La Saturn envoyait quand même du bois pour l’époque et ça faisait bien plaisir.

Virtual On: Cyber Troopers (SEGA). Je ne sais pas si c’est avec Virtual On que j’ai commencé à développer une certaine fascination pour les meccha. Mais la démo, je l’ai faite et refaite jusqu’à maitriser sur le bout des doigts le principe et les armements ! Un gros kiff de prendre les commandes d’une montagne d’acier et de foncer sur l’ennemi. Aujourd’hui, certains comparent ARMS sur Nintendo Switch, à une variante du principe de Virtual On.

Petite anecdote supplémentaire, la Saturn fut la seule et unique console que nous avons dû renvoyer au bout d’une semaine au SAV. La première a cramé ! Trop de Daytona USA certainement è_é

Voilà vous savez tout ! Avez-vous eu une Sega Saturn ? Quels jeux vous ont le plus marqués ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s